Une lectrice peu ordinaire

gagnanteDenise Blaes est une institutrice maître formateur à la retraite. Elle vit à la Robertsau depuis bientôt cinquante ans. Fidèle lectrice de la médiathèque de la Robertsau, elle se souvient qu’en 1970, elle venait dans ce bâtiment alors des bains municipaux, prendre son bain. Avec ses enfants, dès l’ouverture en 1989, elle fréquente le lieu, profitant aussi bien de l’offre documentaire que des lectures de contes pour ses enfants. Pour cette habituée, la médiathèque de la Robertsau est un endroit convivial, de rencontre « où [elle s’est] fait plein de copines » et où des personnes ressources l’accueillent et la conseillent toujours pour ses recherches. Des souvenirs professionnels l’animent également, comme lors de sa venue avec une de ses classes pour une visite de la médiathèque. « Des enfants sont revenus à la médiathèque alors que je n’aurais pas pensé que ceux là puissent être intéressés. C’était une belle surprise. » Aujourd’hui, elle est membre du comité de lecture et apprécie les rencontres d’auteurs. « Les rencontres d’auteurs dans une si petite médiathèque, c’est extraordinaire ! » Elle lit en moyenne cinquante livres par an et avoue ne pas pouvoir s’endormir sans lire quelques pages. La question du jeu concours du festival « Café romans – Café lectures » ne pouvait mieux tomber pour cette passionnée de lecture.

Des romans qui font qui du bien

« J’ai participé au jeu parce qu’on me la proposé et surtout j’avais envie de répondre ! » Les livres ont toujours fait du bien à cette grande lectrice qui lisait dès l’enfance, sous la couverture avec une lampe de poche. Les livres lui ont permis de s’ouvrir au monde, à d’autres horizons. Dans les moments de crises, ils ont aussi cette incroyable capacité à nous faire se sentir moins seul. Pour Denise Blaes, de la lecture à l’écriture, il n’y qu’un pas et aujourd’hui que sa mémoire défaille par moment, elle tient un petit carnet où elle note ses impressions de lecture. « Un moyen de transmettre à mes petites filles ».

Une sélection de livres éclectiques

Gagner à ce jeu a été l’occasion pour cette lectrice passionnée de se rendre à la médiathèque Malraux. En plus du sac dodu de livres gagnés, elle a emprunté une méthode de langue de grec moderne sur les conseils avisés d’une jeune bibliothécaire.
« J’étais contente comme une enfant !» La diversité de la sélection a ravi Denise Blaes, qui n’aurait sûrement pas lu ces livres si on ne les lui avait pas fait découvrir.
Le premier live qu’elle a lu est celui de Thierry Bourcy : Le château d’Amberville, sur la première guerre mondiale. La commémoration du centenaire et une conférence organisée par l’APA (Association pour l’autobiographie) « écrire sa guerre 14-18 » en collaboration avec la ville d’Emmendingen en Allemagne ont motivé son choix. Dans le roman de Kim Thuy : ruRu, elle découvre la question de vivre avec une double identité, un peu comme les Alsaciens. Un sujet qui lui tient à cœur. Notre gagnante lira à son rythme les livres offerts. Une attention toute particulière a été apportée aux audio livres de la sélection qui seront écoutés pendant dans son trajet en voiture qui l’emmènera en vacances. « Une manière agréable d’agrémenter le voyage ! »

Une île déserte, un livre

Sur une île déserte, elle emporterait un dictionnaire car on peut l’ouvrir à n’importe quelle page et il nous fait voyager grâce à un système d’évocation, de souvenirs. « Les mots, il suffit qu’on les aime pour écrire un poème » me dit-elle avec une pointe d’émotion dans la voix.
Notre gagnante aime les mots, les découvrir, les apprivoiser et de ses nombreuses lectures et découvertes, son plus grand plaisir est de les partager avec les bibliothécaires, les membres du comité de lecture et ses « copines de la médiathèque ».

Une heureuse gagnante

Denise Blaes est profondément heureuse d’avoir gagné et tient à remercier les médiathèques pour ce très joli cadeau.

Café romans-Café lectures 2014, c’est déjà fini !!

En attendant que soit dévoilé sur ce blog le programme de la prochaine édition, un petit retour sur les moments qui viennent de s’écouler :

  • 7 rencontres d’auteurs dans les médiathèques du réseau Pass’relle qui toutes nous ont fait entrer dans une œuvre et découvrir une personne, avec de l’émotion, du rire, et de belles complicités…
  • Des lectures proposées par des partenaires (la nuit du livre audio à Malraux, les donneurs de voix à l’Elsau, les arte-Mots à la Médiathèque Sud) ou des comédiens professionnels (la compagnie du Talon Rouge à la Médiathèque Ouest)
  • Une découverte du livre-audio avec le bistro d’écoute à Hautepierre et le Salon du livre-audio à Malraux organisé par la Plume de Paon
  • Votre participation enfin !!  Vos questions et vos réactions lors des rencontres, mais aussi bien-sûr vos contributions sur ce blog et dans les médiathèques pour nous faire connaitre le « livre qui vous a fait du bien ». 10 d’entre vous ont été tirés au sort et ont gagné un lot de livres et de livres audio. Bravo !!

Et bien-sur, pour attendre mai 2015, une seule adresse : https://caferomans.wordpress.com/

Rencontre avec Barbara Constantine à Cronenbourg

Rencontre avec Barbara Constantine à Cronenbourg

Dominique Ehrengarth, Joël Henry et Pierre Marchant conversent à la Meinau

Dominique Ehrengarth, Joël Henry et Pierre Marchant conversent à la Meinau

Rencontre avec Thierry Bourcy à Illkirch...

Rencontre avec Thierry Bourcy à Illkirch…

... et séance signatures

… et séance signatures

Pierre Marchand et Pierre Kretz à Reichstett

Pierre Marchand et Pierre Kretz à Reichstett

Thomas B. Reverdy à La Robertsau

Thomas B. Reverdy à La Robertsau

... avant l'apéritif Zen

… avant l’apéritif Zen

La lecture publique des Arte-Mots à Illkirch

La lecture publique des Arte-Mots à Illkirch

Le comédien Emmanuel Dekoninck dialogue avec les lycéens à Malraux

Le comédien Emmanuel Dekoninck dialogue avec les lycéens à Malraux

Echanges avec le public au Salon du livre audio à Malraux

Echanges avec le public au Salon du livre audio à Malraux

La Nuit de la lecture à Malraux

La Nuit de la lecture à Malraux

Dominique Pinon lit, les étudiants de la HEAR croquent

Dominique Pinon lit, les étudiants de la HEAR croquent

Remise du Prix du public du livre audio

Remise du Prix du public du livre audio

10 heureux gagnants !

20140527_174102 rognéSamedi 24 au soir à la médiathèque Malraux, fébrilité, suspense, battements de cœur ?

Les 10 gagnants du jeu « Un roman qui fait du bien » ont été tirés au sort, et, depuis, prévenus de ce heureux hasard. Nous les attendons à la médiathèque Malraux pour leur remettre leur lot de livres et livres audio.

Bravo aux gagnants et bravo à tous ceux qui, par leurs contributions dans les médiathèques ou sur ce blog, ont donné un peu d’eux-mêmes pour rendre la littérature vivante et communicative ! Merci à vous !

Un roman qui fait du bien #34

« Un roman qui fait du bien », c’est fini pour 2014 ! Mais avant de se quitter, un tout dernier coup de cœur d’une lectrice…
kerangalRéparer les vivants, Maylis de Kerangal
Verticales – Phase 2

Roman envoûtant et puissant. Un aller-retour entre vie et mort dans un hôpital pour une transplantation cardiaque.
Récit palpitant. Très belle écriture, belle  maîtrise de la langue  au service de l’émotion.
Je me suis identifiée à ces parents, à leurs doutes, à leurs peurs. Grand plaisir à lire ce livre…que je souhaite relire.

Elisabeth Reichert-Conrath, lectrice.

Un roman qui fait du bien #33

Voici les toutes dernières contributions à notre grand jeu « Vos romans qui font du bien » !
Rendez-vous à la médiathèque André-Malraux (salle de conférence du rez-de-chaussée) le samedi 24 mai à 19h pour le tirage au sort… Les gagnants seront prévenus par mél ou téléphone, et pourront venir chercher leur lot à la médiathèque !

 

constantine-paulette

 

Et puis, Paulette…, Barbara Constantine
Calmann-Lévy, 2012

Des générations qui peuvent vivre ensemble avec un peu de tolérance, d’entraide et une vie qui n’est pas soumise à la société de consommation, proche du « naturel ». L’écriture est vive, alerte, avec beaucoup d’humour.

Bernard Lembre, lecteur.

 

 

atkinson-life

 

Life after life, Kate Atkinson
Doubleday, 2013

Ça vous fait réfléchir sur si on est maître de son destin ou non.

Rachel Kondak, lectrice.

 

 

 

jones-charley

 

Première tombe sur la droite, Darynda James
Milady, 2012

Jamais un livre ne m’avait fait autant rire auparavant. L’humour pétillant et les aventures rocambolesques de Charley Davidson m’ont tenue éveillée toute la nuit et je n’ai refermé ce livre qu’une fois terminé.

Amaranth, lectrice.

 

 

zeniter-dimancheSombre dimanche, Alice Zéniter
Albin Michel, 2012

Avec maîtrise et sans pathos, tout en jouant habilement de la chronologie, Alice Zéniter dresse une incroyable et fascinante saga. Aucun des Mandy n’a choisi sa vie, pas plus que leur pays, ne semble jamais maîtriser leur destin. Ils sont juste traversés par l’Histoire et leurs histoires. On a le sentiment que les 4 Mandy se dressent au milieu du vide, de l’absence et de la fatigue d’exister avec une sublime mélancolie. Un roman à la poétique singulière, tout en dégradés de lumière et de nostalgie.
Un très beau roman couronné entre autres par le prix du Livre Inter, qui confirme le talent d’Alice Zéniter.
Un livre qui donne un éclairage particulier sur la Guerre Froide et l’après- Guerre Froide en Hongrie.

Charlotte, lectrice.

 

schréder-silencieuseLa silencieuse, Ariane Schréder
Philippe Rey, 2013

Dans son roman, Ariane Schréder nous ouvre les portes d’un monde nouveau, fait de tranquillité, d’espoir et d’émotions. Certes, la rupture qui sert de point de départ à ce roman, s’impose comme une évidence. Dès les premières lignes, c’est la curiosité qui nous pousse à tourner les pages. Comment Clara, artiste, à la sensibilité à fleur de peau, va-t-elle s’en sortir. En a-t-elle seulement l’envie. Entre un cheminement intérieur, passage obligé, et la découverte d’une vie tranquille, au contact de la nature, de l’eau, de ses sculptures, c’est un havre paisible pour Clara, pour digérer sa rupture et se retrouver. C’est un roman frais, tendre et doux comme un printemps, à l’écriture ciselée, fluide, légère, limpide.
On est sous le charme de Clara, du chaton Plume et des différents personnages qui traversent ce beau roman.
Un premier roman d’une auteure prometteuse, qui nous réconcilie avec la belle littérature, qui fait chaud au cœur et transcende l’âme.

Nomades, lecteur.

 

puenzo-wakoldaWakolda, Lucia Puenzao
Stock, 2013

Wakolda c’est le genre de livre qu’on a envie de retrouver le soir en rentrant chez soi, un livre qui vous fait quitter une soirée de bonne heure en prétextant une soudaine fatigue… Pourquoi ce livre m’a fait du bien ? Parce que son style m’a touchée ; l’écriture m’a portée du début jusqu’à la fin. Cette écriture fine et légère vous accroche et ne vous lâche pas. Elle contraste avec la personnalité ambigüe d’un des personnages principaux qui n’est autre que le tristement célèbre Josef Mengele. Tout l’art de l’auteure est de jouer avec ce que l’on sait du personnage, sans jamais parler de ce passé. Juste quelques touches glaçantes et menaçantes surgissent ça et là dans le roman. Wakolda c’est aussi une très belle histoire, celle d’une fillette dont la petite taille est une souffrance et qui, parce qu’elle aimerait tant grandir, place tous ses espoirs entre les mains de ce docteur si distingué…

Claire R., internaute.

 

suyin-splendeurMultiple splendeur, Han Suyin
Mercure de France, 2010

Han Suyin a fait pour moi, ce que ma mère n’a pu faire. Elle m’a fait découvrir à 13 ans, la volupté d’être amoureuse. Par un auteur interposé, j’ai aimé Marc, ce journaliste anglais de Hong-Kong. Ah la douceur de ses mains ! Et les lumières du port qui se reflétaient dans la mer. J’ai découvert que tous les hommes n’étaient pas comme mon père, qu’on pouvait braver les « qu’en dira-t-on ». A 67 ans, j’ai bien envie de le relire pour voir si l’enchantement opère toujours !

Marijo, lectrice.

 

duras-andesmasL’après-midi de Monsieur Andesmas, Marguerite Duras
Gallimard, 2007

Ce roman est avant tout une ambiance ; ambiance sensitive, des sons, des odeurs, des vibrations de l’air, mais aussi une ambiance fébrile comme peut l’être l’attente d’un vieillard une après-midi d’été, attente de l’artisan qui se fait désirer, tout comme celui de la fille de M. Andesmas ; ambiance de rencontres avec la personne qui le visite, la petite fille, la compagne de l’artisan émaillées d’absence liée aux petites sommes qui s’imposent malgré soi. Et en contre point la résignation, la sagesse de l’âge. Une belle descriptions et une vieillesse heureuse et simple. Ce livre est à mettre en parallèle avec le film de Bertrand Tavernier Un dimanche à la campagne.

Jocelyne Roset, internaute.

 

saubade-egarement

 

Un bref moment d’égarement, Valérie Saubade
Anne Carrière, 2013

Un récit enjoué, un peu caustique parfois qui donne au moral un grand coup de fraicheur ! On se laisse porter par ces destins croisés, qui s’entrechoquent et basculent. On entre de vie en vie, pendant de brefs moments d’égarements…

Mick, lectrice.

Un roman qui fait du bien #32

Ces romans qui nous touchent au plus profond…

 

diome-ketalaKétala, Fatou Diome
Flammarion, 2006

Pourquoi ? Mon oncle venait de mourir (suicide), et les deux années précédentes j’ai vu disparaître deux amis proches de maladie…Je n’arrivais pas à me dire que je pourrais un jour remonter cette triste pente. J’ai beaucoup lu et ce roman m’a donné l’occasion de sourire, de rire et de voir comment la mort est « vécue » dans d’autres cultures. C’est le roman que je conseille à mes amis touchés par un décès, à présent.

Agathe Konieczka, lectrice.

 

Bambois, la vie verte, Claudie Hunzinger
Stock, 1973

Une merveille, un ravissement, une vieille nostalgie touchée en hunzinger-bamboisplein cœur : oui, j’ai rêvé d’habiter dans une ferme éloignée de tout, dans les Vosges. Mais je ne suis qu’une « zoucoulou », « ceux qui rêvent d’une ferme mais ont bien trop peur du froid ». Alors au travers du journal, au fil des saisons, j’accueille les nouvelles brebis, tonds, carde, découvre les plantes tinctoriales, tisse et au bout d’une journée bien fatigante, « la pleine lune s’invite aux dîners, ces derniers soirs vers 9 heures. Maintenant elle nous visite au lit chaque fois un peu plus tard, un peu plus à l’est ».
Et puis on peut poursuivre avec le dernier livre de Claudie Hunziger La Survivance.

Zicmusette, lectrice.

 

ameisen-verreLe dernier verre, Olivier Ameisen
Denoël, 2008

Pourquoi ? Alcoolique depuis plus de 20 ans, j’ai vécu une cure de sevrage, l’absorption de médicaments traditionnels, 6 ans d’abstinence…Rien n’y a fait, j’ai rechuté…Ce livre, ce témoignage d’humilité, d’humanité et de courage m’a permis de me soigner et de guérir en mars 2013 grâce au baclofène. Indifférente à l’alcool depuis plus d’un an ! Si vous ou un proche êtes concernés, lisez-le….

Fripoune (membre de l’association BACLOFENE), lectrice.

Un roman qui fait du bien #31

Aujourd’hui, double coup de cœur d’une lectrice !

 

wilde-dorian

 

Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde
Gallimard, 2005

Deux choses m’ont frappée dans ce livre, d’une part la manière dont un être humain peut perdre tout sens de l’éthique et de la morale et d’autre part la manière dont un être peut en manipuler un autre. Et au terme de ma lecture, il me reste cette question : cela peut-il arriver à n’importe qui ?

 

tolstoi-resurrection

 

Résurrection, Léon Tolstoï
Gallimard, 1994

Tolstoï à mon sens était mû par la quête de la vérité. Sur ce chemin, il a douté, mais finalement il a atteint son but. Il a travaillé avec des personnes ayant une culture et une âme différente et il a su apprendre de chacun. Toutefois, il n’est jamais retourné en arrière et a toujours poursuivi sa quête.

 

Jila Aghababaei, lectrice.

Un roman qui fait du bien #30

Quelques bios et autobiographies, pour naviguer entre fiction et réalité :

 

fellous-vieLa préparation de la vie, Colette Fellous
Gallimard, 2014

Ce livre m’a donné envie d’écrire. Il a résonné en moi parce que c’était une trajectoire de femme qui fait une sorte de bilan de vie. Elle parle de ses années de formation intellectuelle, en suivant les séminaires de Barthes, de son choix de devenir écrivain et non pas psychanalyste, de ses allers et retours en Tunisie. Ce mélange d’anecdotes tissées qui font tout le sel d’une vie m’a rapproché de mes propres envies, de mes choix et je l’ai trouvé touchant parce qu’il parlait simplement de ce qui fait une vie, toute une vie.

                                                            Anne Schneider, lectrice.

 

millman-guerrier
Le guerrier pacifique,
Dan Millman
J’ai Lu, 2009

Pour le côté magique de la vie, l’importance des personnes en apparence anodines, la force qui est en nous, les hasards de la vie et des rencontres, et le dépassement de soi à travers les épreuves que la vie nous offre.

Danièle Welsh, lectrice.

 

kalfon-guevaraChe : Ernesto Guevara, une légende du XXe siècle, Pierre Kalfon
Seuil, 1997

A l’heure où l’individualisme est fort, où les riches deviennent de plus en plus riche et les pauvres de plus en plus pauvre, ce livre nous rappelle l’histoire d’un homme qui malgré le fait qu’il venait d’un milieu plutôt aisé, cherchait l’équilibre en Amérique du Sud ainsi qu’à Cuba voire même an Asie, à ce qu’il n’y ait plus de pauvres et moins de riches et combattait coûte que coûte le capitalisme, ce qui n’est plus vraiment le cas aujourd’hui.

Julien Bachmann, lecteur.

 

ernaux-passion

 

Passion simple, Annie Ernaux
Gallimard, 1993

Une passion tout en simplicité. Une belle histoire d’amour.

Lilibelle, lectrice.

 

 

witté-ecole
Une école au paradis : les mémoires d’un dyslexique
, Frédéric Witté
Les Petites Vagues, 2007

Car c’est un témoignage intéressant pour toutes les personnes atteintes d’un handicap « dys ». Pour lui, comme pour d’autres le fait d’avoir eu des aménagements a sauvé son parcours scolaire. Ayant moi-même un handicap « dys » (je suis dyspraxique) je me suis reconnue et me suis sentie moins seule.

Laurie Denni, lectrice.

 

gilbert-mange

 

Mange, prie, aime, Elisabeth Gilbert
Calmann-Levy, 2008

Merveilleux chemin initiatique ancré en même temps dans une réalité pleine d’humour ; on est balancé entre l’infiniment terrestre et l’infiniment céleste ! On en ressort plein de force et d’allant. Lumineux !

ASP, lectrice.

Un roman qui fait du bien #29

chevalier-fugitive


La dernière fugitive
, Tracy Chevalier
La Table Ronde, 2013

Parce que je suis une fan du patchwork comme Honor. Mais ce roman m’a passionnée par la personnalité d’Honor, son engagement contre l’esclavage. C’était un roman passionnant et je vais lire les romans de Tracy Chevalier.

Huguette Judes, lectrice.

Un roman qui fait du bien #28

D’autres classiques intemporels :

 

verne-lieues

 

Vingt mille lieues sous les mers, Jules Verne
LGF, 2001

Aventure palpitante écrite dans un français d’une telle beauté que l’on regrette qu’il n’en soit plus rien.

Suzanne Braun, lectrice.

 

 

gary-cerfs
Les cerfs-
volants, Romain Gary
Gallimard, 1983

Il s’agit du dernier roman de Romain Gary publié sous ce nom alors que l’auteur écrivait depuis 1974 sous le nom d’Emile Ajar. Un roman très bien écrit, apaisé, dédié à la mémoire, en l’occurrence à la Résistance et à l’esprit du 18 juin. Mais aussi un livre non manichéen, qui ne juge pas. Hymne à l’espoir, au courage et à la tolérance. A lire et à relire.

Jean-Charles Boli, lecteur.